Recent Posts

Archive

Tags

No tags yet.

Exploiter son potentiel


Chaque élève a un potentiel, j’en suis convaincue et c’est ce qui me donne envie de venir enseigner chaque jour avec passion.

En revanche, la direction que prend le système scolaire semble ne plus réellement croire aux multiples potentiels des élèves : les programmes sont allégés, les exigences abaissées sans pour autant que les jeunes d’aujourd’hui aient plus de difficultés et moins de potentiel que les élèves d’il y a 15 ans ou 30 ans. Dans une grande majorité d’établissements, le niveau baisse et comme le niveau baisse, les exigences baissent aussi car les professeurs ne peuvent pas avoir des moyennes de classe trop basses sans s’attirer les foudres de parents d’élèves en colère, d’élèves agacés ou de collègues méprisants.

Est-ce pour autant une bonne logique ? Est-ce que baisser le niveau global en baissant chaque jour les exigences permet au niveau global moyen d’augmenter ? Est-ce que cela permet de réduire des inégalités ? A ma petite échelle, je constate surtout que de plus en plus d’élèves n’exploitent pas leur potentiel : de plus en plus de bons élèves sont moyens quand ils pourraient être excellents. Pour autant, les élèves ayant des difficultés n’ont pas moins de difficultés du fait de la baisse de niveau. Et je ne trouve pas cela normal. Je crois que l’école a pour rôle et pour mission de donner à chacun la chance d’exploiter son potentiel : les élèves ayant des difficultés doivent trouver leur place bien évidemment, les élèves ayant des facilités également. L’impression que j’ai, c’est que tout le monde y perd : il y a toujours autant voire plus d’élèves en difficulté et les élèves ayant des facilités perdent parfois pied aussi car ils sont trop peu stimulés.

C’est en mathématiques où c’est le plus flagrant. N’est-ce pas effrayant de voir que le programme d’il y a environ 15 ans de la classe de 3ème est désormais celui de seconde ? Certes, les mathématiques ont longtemps été sacralisées, peut être trop. En attendant, elles nous permettent au quotidien d’apprendre à trouver des solutions, d’être rigoureux, d’être structuré, d’être persévérant. Aucune autre matière scolaire n’enseigne ces compétences aussi bien que les mathématiques. Dans le monde d’aujourd’hui, challengeant, traversant des crises à répétition, en mouvement rapide, ce sont des compétences indispensables. Peu importe le métier que l’on exercera plus tard. Et ce n’est pas en en demandant chaque jour moins aux élèves et en allégeant les programmes qu’on leur rend service. On leur donne moins d’outils pour leur vie future et on prive les jeunes d'exploiter leur potentiel : combien d’élèves ont de bonnes notes jusqu’en 3ème et s’effondrent en seconde ? Chaque année, on me contacte pour des élèves qui n’ont plus la moyenne alors qu’ils avaient 15 ou 16 en 3ème. Ils n’ont pas baissé de niveau mais le niveau qu’ils avaient en 3ème était sur-évalué : les notions sont survolées, mal assimilées. Les élèves perdent donc confiance dès leur passage au lycée, ce qui souvent les prive d'exploiter leur potentiel.

Chez Tutenvol, on en fait plus que ce qui est demandé scolairement avec les élèves qui s’en sortent. Parce qu’on croit en eux. Pour permettre à un potentiel de s’exprimer, il faut d’abord y croire. Malheureusement, on dirait que le système scolaire y croit de moins en moins.